Accessibilité des bâtiments neufs : les asso satisfaites !

Des associations du champ du handicap saluent un progrès dans les règles sur les ascenseurs qui vont devenir obligatoires dans les bâtiments neufs dès le 3éme étage. Une avancée en matière d'accessibilité malgré d'autres batailles en cours.

21 janvier 2019 • Par L'AFP pour Handicap.fr

Thèmes :

Commentaires0 Réagissez à cet article
Illustration article

Les immeubles neufs devront, à l'avenir, être obligatoirement dotés d'un ascenseur s'ils comportent au moins trois étages, au lieu de quatre jusqu'à présent, selon un projet de décret rendu public le 21 janvier 2019 par des associations de personnes handicapées, qui s'en sont félicitées (articles et interviews de Sophie Cluzel en lien ci-dessous).

Une clause litigieuse

Selon la dernière version de ce texte, soumise et approuvée le 18 janvier à l'unanimité par le Conseil national consultatif des personnes handicapée (CNCPH), ce progrès ne sera pas tempéré par une clause restrictive que le gouvernement avait envisagé d'introduire en décembre, et qui avait suscité la colère des associations. Cette clause prévoyait que l'obligation d'un ascenseur pour les constructions neuves d'au moins trois étages (en plus du rez-de-chaussée) se serait appliquée seulement pour les immeubles comportant au moins 12 appartements. L'association APF France Handicap et le groupement pour l'insertion des personnes handicapées physiques (GIHP) avaient alors dénoncé un "nouveau recul" de la part du gouvernement.

Le seuil abandonné

Finalement, le seuil de 12 logements n'apparaît plus dans la dernière version du décret, ont expliqué APF et le GIHP dans un communiqué. Le texte est donc conforme à une promesse formulée en septembre aux associations par le Premier ministre Édouard Philippe. La nouvelle réglementation sur les ascenseurs s'appliquera aux demandes de permis de construire déposées à compter du 1er octobre 2019, selon le projet de décret que l'AFP a pu consulter. "Nous avons été entendus et nous nous en félicitons", a dit à l'AFP Stéphane Lenoir, du GIHP.

D'autres combats

Pour les associations, ce "progrès" ne doit cependant "pas occulter" la déception née de la loi "Elan" sur le logement, adoptée en octobre 2018 : cette loi a abaissé de 100% à 20% la part de logements neufs devant être accessibles aux personnes handicapées, tous les autres devant être "évolutifs" - c'est-à-dire qu'ils doivent pouvoir être rendus accessibles à l'issue de travaux simples. Cette loi a suscité un tollé parmi les associations de personnes handicapées.

Partager sur :
« Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© (2019) Agence France-Presse.Toutes les informations reproduites sur cette page sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations ».

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.