Pétition accessibilité : bousculade devant l'Assemblée

La pétition de 232000 signatures pour une France accessible a été remise le 6 juillet 2015 aux députés par une trentaine de manifestants, dont Ph. Croizon. Ils se sont heurtés à un cordon de sécurité... Une délégation a finalement été reçue.

6 juillet 2015 • Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco

Thèmes :

Commentaires3 Réagissez à cet article
Illustration article

Des représentants du « Collectif pour une France accessible » se sont rassemblés le 6 juillet 2015 en début d'après-midi près de l'Assemblée nationale, pour remettre aux députés plusieurs sacs postaux contenant les noms des 232 000 signataires d'une pétition pour l'accessibilité. Quand les participants - dont une dizaine de personnes en fauteuil roulant - ont voulu se diriger vers l'entrée de l'Assemblée nationale pour remettre les sacs, ils ont été bloqués par des barrières déployées par des policiers, comme le montre une vidéo mise en ligne sur la page facebook de l'Association des paralysés de France (APF). Une délégation accompagnée de deux députés Les Républicains a finalement pu passer pour amener les sacs au Palais Bourbon, a indiqué à l'AFP Patrice Tripoteau, directeur général adjoint de l'APF, l'une des associations membres du collectif.

Pétition : un immense succès !

Le projet de loi ratifiant l'ordonnance accordant de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux ouverts au public et des transports, devait être examiné en séance publique dans la soirée. Le sportif Philippe Croizon, amputé des quatre membres en 1994 après un grave accident, et qui a depuis traversé la Manche et quatre détroits à la nage, était présent. Selon lui, le succès remporté par cette pétition diffusée sur le site change.org montre que « même les citoyens lambda ont compris que l'accessibilité, ça n'était pas seulement pour les personnes handicapées ». Porter aux députés les 232 000 signatures de la pétition, un des plus gros scores, est un « geste symbolique » visant à montrer que « les personnes âgées, les usagers des transports, les mamans ou les papas avec des poussettes » se sentent aussi concernés, a déclaré Alain Rochon, président de l'APF.

De la tristesse plus que de la colère

Ce rassemblement vise à « montrer qu'on existe, et qu'on est là, et qu'il ne faut pas qu'on nous oublie », a ajouté Philippe Croizon. Dix ans après la loi de 2005, qui avait prévu de rendre les lieux publics et les transports accessibles aux handicapés d'ici 2015, « c'est pas de la colère (qu'on ressent), c'est plutôt de la tristesse ». Il a jugé inacceptables les nouveaux délais prévus (de trois à neuf ans) et les possibilités de dérogation, alors que la première loi sur l'accessibilité date de 1975, soit il y a 40 ans.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires3 Réagissez à cet article

Thèmes :

3 commentaires



Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.