Stratégie parisienne du handicap : un point sur les avancées

Repenser l'accessibilité des bureaux de vote, des équipements publics, des logements sociaux... En 2018, la Ville de Paris a réalisé plusieurs actions pour améliorer la qualité de vie de ses habitants en situation de handicap. L'heure est au bilan.

9 juillet 2019 • Par

Thèmes :

Illustration article

7,3 % de la population parisienne est en situation de handicap. Cette année encore, la Ville de Paris réaffirme sa volonté d'offrir à tous ses habitants « les mêmes chances, les mêmes opportunités et la même qualité de service ». Un an après la publication d'un point d'étape complet sur sa politique en matière de handicap, conformément au vœu adopté au Conseil de Paris, l'heure est à son actualisation. Ce bilan annuel clôture le Mois du handicap et s'inscrit dans la stratégie « Handicap, inclusion et accessibilité universelle 2017-2021 », votée à l'unanimité par les élus du département en mars 2017. Durant ce laps de temps, plusieurs avancées « majeures » ont été réalisées pour améliorer la qualité de vie et favoriser l'inclusion des personnes handicapées dans la cité. Elles ont été présentées le 8 juillet 2019 par Nicolas Nordman, adjoint à la maire de Paris en charge des personnes handicapées et de l'accessibilité. Leitmotiv : donner de la visibilité au handicap.

Droit de vote accessible à tous

L'une des dernières en date ? Le dispositif d'accessibilité augmentée pour garantir l'exercice du droit de vote à chaque citoyen, y compris ceux en situation de handicap mental ou psychique, souvent oubliés (article en lien ci-dessous). Urnes abaissées, affiches en Facile à lire et à comprendre (FALC), inscriptions en braille, isoloirs accessibles pour les personnes en fauteuil roulant et assez vastes pour accueillir un accompagnateur… Voici un échantillon des adaptations effectuées dans les 896 bureaux de vote de la Capitale en vue des élections Européennes du 26 mai dernier. Nicolas Nordman appelait alors à « généraliser » ce type d'initiatives, quitte à les rendre « obligatoires ». Un bilan avec les associations est prévu le 12 juillet, afin d'avoir un retour d'expérience et d'améliorer le dispositif, en cas de besoin.

Accessibilité physique à deux vitesses ?

2763, c'est le nombre d'équipements publics parisiens que la Ville de Paris s'engage à rendre accessibles d'ici 2024, soit la totalité. L'objectif intermédiaire fixé pour 2020 est de 50 %. En 2018, 229 ont été adaptés, soit une progression de 34 % par rapport à 2017. « Actuellement, la Capitale atteint péniblement 780 ERP (établissements recevant du public) accessibles, soit le tiers en quasiment 20 ans de mandature, intervient Marie-Claire Carrere-Gee, conseillère LR au sein de la mairie du 14e arrondissement qui se lance dans la course à l'Hôtel de Ville pour 2020. De 2 % par an, on passerait à 17 % ? La marche est haute ! » Par ailleurs, « depuis plusieurs mois, la décision de la mairie de Paris de supprimer les feux tricolores dans le quartier Pernety est particulièrement contestée par les personnes déficientes visuelles (article en lien ci-dessous). Le conseil local du handicap a déposé un vœu en Conseil d'arrondissement, demandant de revenir sur une partie de cette décision. La majorité municipale l'a rejeté. Un bras d'honneur à la participation de tous aux décisions qui les concernent et à l'accessibilité de l'espace public pour tous », estime l'élue du 14e.

Un guichet numérique unique

Au-delà de l'accessibilité du cadre bâti, celle du numérique est également « indispensable ». Lancé à l'été 2018, le site Internet handicap.paris.fr, qui dispose notamment d'une synthèse vocale pour les mal et non-voyants, projette de devenir « un centre de ressources essentiel et un guichet unique pour toutes les personnes en situation de handicap et leurs proches ». Près de 100 associations et 260 établissements médico-sociaux y sont référencés. Actions de terrain, évènements liés au handicap, vidéo pédagogique, livret « Aides et prestations »... La Maison départementale des personnes handicapées (Mdph) de Paris y propose plusieurs rubriques pour accompagner les usagers dans leurs démarches mais aussi leur permettre de sortir et de se divertir en présentant des lieux accessibles.

Accompagner les aidants

Les aidants sont également au cœur des préoccupations. Pour les accompagner, deux nouvelles plateformes ont été récemment inaugurées. Handi'Répit, financé par l'Agence régionale de santé (ARS), est un lieu de soutien et d'accompagnement juridique, administratif et financier, d'information et de formation, ainsi qu'une structure de veille et de remontée des besoins des aidants sur le territoire parisien. Il propose également des prestations de répit, au beau milieu du 12e arrondissement. Non loin de là, dans le 10e, Emerjance, financé par la Ville de Paris, est un lieu unique d'accueil et de ressources pour les aidants, les aidés et leur entourage. Il regroupe le Service d'accompagnement à la vie sociale (SAVS), les tutelles, le service social spécialisé tandis que l'équipe pluridisciplinaire anime des ateliers à la fois pratiques (gérer l'administratif, se diriger dans les transports) et ludiques (les jeux vidéo, les réseaux sociaux, la mode, l'esthétique...).

Favoriser l'insertion professionnelle et l'emploi

Avec un taux de 6,5 % de travailleurs handicapés, la Ville de Paris dépasse le quota légal de 6 % et affirme « mener une politique active » dans l'accès et le maintien en emploi de ces derniers. Pour améliorer l'insertion professionnelle des plus jeunes, elle s'engage à embaucher 6 % d'apprentis en situation de handicap courant 2019-2020, par souci d'« exemplarité ». Par ailleurs, elle soutient le projet de Paris&Co d'un incubateur dédié pour accompagner les petites et moyennes entreprises (PME) et startups innovantes dans le champ du handicap car « les nouvelles technologies permettent de compenser le handicap », souligne Nicolas Nordman. Du côté de la scolarité, « nous allons ouvrir, avec l'Education nationale, une unité d'enseignement en maternelle ainsi que trois autres classes pour accueillir plus d'enfants autistes dès la rentrée », promet-il.

Des logements et établissements plus accessibles ?

En ce qui concerne l'hébergement, le plan local de l'habitat (PLH) prévoit 40 % de logements sociaux accessibles, « de la rue à la porte du logement », aux personnes en situation de handicap moteur, contre 37 % actuellement, et 3 % de logements adaptés. Deux objectifs ambitieux qui, selon l'adjoint à la maire, devraient être atteints en 2020. « La parole, ce n'est pas suffisant, la question maintenant, c'est celle des actes, indique Marie-Claire Carrere-Gee. A cet égard, je ne peux que regretter le grand recul sur l'accessibilité des logements décidé par le gouvernement actuel. » La Ville de Paris entend également réduire le « retard historique » qu'elle connait concernant le nombre de places en établissements sociaux et médico-sociaux, notamment en en créant plus de 150 nouvelles, entre 2018 et 2020, au sein de foyers pour personnes autistes, polyhandicapées, en situation de handicap mental ou psychique. Selon la Mairie, d'autres actions telles que l'évolution du logement accompagné, l'assistance en cas de panne d'ascenseur, l'accessibilité des transports ainsi que le développement des activités périscolaires pour les enfants en situation de handicap ont été accomplies au cours des derniers mois. « L'objectif de cette communication annuelle est de parler du handicap devant les élus du Conseil de Paris, explique M. Nordman quelques heures avant le début de l'évènement. C'est une façon de montrer que la politique qui concerne les personnes handicapées est une priorité pour la Ville. » Selon lui, la seule solution pour « faire bouger les lignes est de sensibiliser toute la société en faisant prendre conscience que le handicap est un sujet de mobilisation collective ».

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires1 Réagissez à cet article

Thèmes :

1 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.