La toilette de mon enfant en situation de handicap

Résumé : Le moment de la toilette est propice à déclencher et ou à accentuer le mal de dos des adultes. Protéger la santé de l'aidant c'est aussi protéger l'enfant.

Par , le 

Réagissez à cet article !

Lorsque l'enfant est en situation de handicap moteur et/ou mental, en général, le manque d'autonomie prolonge plus ou moins longtemps et/ou lourdement ces situations à risque pour l'aidant.  

Importance d'anticiper matériellement

C'est dès le plus jeune âge qu'il faut prévoir un aménagement de salle de bain et ou les bonnes aides techniques afin de garantir confort, sécurité et santé de l'aidant.
Quand l'enfant est petit et léger, on le porte facilement mais l'adulte se courbe à répétition tant bien que mal suivant la configuration de la salle de bains. L'âge avançant pour l'enfant et l'aidant, le besoin d'adaptation peut devenir urgent.
Rester attentif à ses besoins, préserver sa santé, maintenir son équilibre, c'est aussi ça s'occuper de son enfant.  S'oublier ne permet pas de durer dans le temps, s'oublier c'est compromettre le moment de la toilette. Pour suivre la croissance d'un enfant, il est préférable d'investir dans un dispositif réglable.

Position de l'aidant

Pendant le bain ou la douche

Idéalement sans immersion de l'enfant

  • stable, en appui sur les 2 jambes
  • le plus près possible de l'enfant
  • à une hauteur adaptée pour ménager son dos.

La plus grande partie de l'intervention doit se faire entre le niveau des épaules et celui de la taille de l'enfant.
Pour s'en approcher, l'aidant peut utiliser :

  • un surbain ; à poser sur le bain ou parfois au-dessus accroché au mur pour placer l'enfant plus haut, à la hauteur adéquate pour l'aidant.
  • une table de douche réglable sur pied ou à fixer au mur.
  • une chaise de douche haute, s'inclinant par vérin (assise et dossier).
  • un transat de bain sur socle (avec roulettes). à mettre dans la baignoire ou sous la douche

Pour minimiser les mauvaises postures avec immersion de l'enfant :

  • Le transat de bain posé au fond de la baignoire permet à l'enfant de faire un bain partiel.
  • La position de l'aidant n'est pas idéale mais le fait que l'enfant soit soutenu permet à l'aidant de frotter l'enfant et de garder une bonne posture.

Pendant le change

Le positionnement est le même que pour la toilette.
Il peut s'effectuer sur des tables de change, certaines font double usage, elles sont dotées d'un lavabo et d'une douchette.
Les tables de change peuvent être sur pied ou fixées au mur, éventuellement réglables en hauteur. Un lit à hauteur peut aussi servir de table de change.
Le change peut s'effectuer sur les surbains et tables de douche sèches.

Les déplacements

Le logement, les mensurations de l'enfant et de l'aidant, le degré de participation de l'enfant jouent sur les dépenses physiques de cette activité.
On conseille pour le bien-être de l'enfant et de l'aidant, l'utilisation d'un lève-personne avec un filet fin, prévu pour les activités en milieu humide et qui laisse s'échapper l'eau. Le lève-personne dépose et recueille l'enfant vers l'aidant pour que ce dernier ne se brise pas le dos.
Les espaces sous la baignoire, sous le lit, sous tout autre mobilier doivent être dégagés pour laisser passer les pieds du lève-personne. L'espace sous la baignoire existe, il faut couper une partie du tablier.
Les lèves-personnes conçus pour le domicile sont pliants et compacts pour limiter l'encombrement et ont des roulettes de 11/12 cm.
Les lève-personnes suspendus avec des rails au plafond rendent les manutentions plus faciles.
Les enfants pouvant se tenir assis sur des chaises ou des fauteuils de douche peuvent se déplacer ou être déplacés.

Positionnement de l'enfant et points de vigilance

L'âge de l'enfant, son poids, sa capacité à se tenir ou non assis sont la base du choix de l'aide technique.

Des dispositifs de maintien et de positionnement

Appui-tête, ceinture, accoudoirs, sangle de maintien, pilot d'abduction, cale tronc, bascule de l'assise, bascule du dossier, dossier englobant, têtière,….
L'enfant spastique doit être en position de relâchement maximum pour son confort et celui de l'aide qui forcera moins.
Ce relâchement est obtenu par des positions allongées ou semi-allongées.

Points de vigilance

En aucun cas, vous devez mettre un enfant avec des troubles trophiques (risque d'escarre) ou des douleurs à même la baignoire.
On disposera au minimum au fond de la baignoire un matelas gonflable ou un tapis de mousse. Parfois un tapis de bain suffit.
Certains enfants s'assoient sur une simple chaise de jardin pour prendre la douche. Mais il faut améliorer l'assise.
Si l'enfant possède un coussin anti-escarre, un positionnement spécifique (initié par des spécialistes) ou des troubles de sensibilité, il faut prendre le même soin en terme de posture et de protection en cas de douleur, de luxation.

Organisation
Avant d'effectuer le change, disposez tout ce dont vous avez besoin, pour ne pas avoir à vous déplacer.

Financement

Dans un premier temps, il faut concevoir ou réaménager la salle de bains.
Les travaux spécifiques ont un coût et sont peu pris en charge par la sécurité sociale. Il faut faire un dossier pour les aides, notamment pour la PCH (Prestation de Compensation du Handicap) avec un aménagement argumenté par un ergothérapeute qui suit l'enfant.  L'aide technique doit être validée par la concertation de tous et une mise en situation.

Cette fiche d'informations est non exhaustive et est donnée à titre indicatif pour vous aider à comprendre pourquoi et comment améliorer le moment de la toilette. On peut être conseillé par un ergothérapeute et son avis est requis lors d'une demande de financement d'aménagement de la salle de bain.

Réagissez à cet article !  


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr