S'habiller et se déshabiller

Résumé : S'habiller ou se déshabiller peut devenir laborieux avec l'âge, la maladie ou le handicap. Ces actes de la vie quotidienne s'effectuent au minimum deux fois par jour. Comment adoucir ces moments en limitant les manutentions et la perte de temps ?
le 
Réagissez à cet article !

Cette fiche d'information est non exhaustive et donnée à titre indicatif pour aider à comprendre comment améliorer son autonomie.


Dans cette fiche pratique, nous n'aborderons pas les troubles cognitifs ni la dyspraxie mais uniquement les solutions face aux difficultés fonctionnelles gênant l'habillage ou le déshabillage.

Vous pouvez demander des conseils personnalisés auprès d'un ergothérapeute pour apprendre les techniques d'habillage adaptées à vos difficultés motrices et/ou cognitives.

Pré-requis fonctionnels de l'habillage

  • Mobilité : force musculaire, amplitudes articulaires, souplesse, équilibre.
  • Coordination bi-manuelle.
  • Coordination occulo-manuelle : dextérité, sensibilité, vue.

Si l'un de ces pré-requis est absent ou altéré par le vieillissement ou la maladie, il est souvent compensé par :

  • un autre pré-requis privilégié,
  • l'abandon du port de certains éléments de l'habillage,
  • l'adoption d'autres types de vêtements,
  • un temps plus long consacré à cette activité,
  • des astuces personnelles,
  • l'aide humaine d'un conjoint ou d'un aidant professionnel,
  • le recours à des aides techniques dédiées.

Les empêchements

Chaque geste du quotidien participe au maintien de l'indépendance et de l'autonomie. Tout ce qui limitent les manutentions, sources de douleurs ou d'inconfort pour l'aidé ou l'aidant est à privilégier. Quelquefois, une simple aide technique peut participer au maintien de l'autonomie.

L'aide technique peut pallier :

  • Un manque de dextérité en ce qui concerne les boutons et fermetures à glissière (chemises, pantalons, lacets) en cas de :
    - déformation des doigts par l'arthrose,
    - douleurs,
    - tremblements,
    - épaississement de la peau / perte de sensibilité,
    - main flasque ou hypertonique,
    - manque de force pour maintenir,
    - vision insuffisante…
  • Un manque d'amplitude articulaire et force musculaire pour tous les vêtements nécessitant de lever les bras, plier les jambes, se courber, fléchir le pied :
    - douleurs aux épaules (arthrite, arthrose, lésions des ligaments…),
    - membre flasque ou hypertonique (AVC, TC…),
    - mouvements incontrôlés (IMC, polyhandicap…),
    - troubles de l'équilibre,
    - arthrose aux pieds, genoux, hanches…

Les aides techniques adaptées

1. Les enfile-boutons

Plusieurs modèles existent. Ce sont des manches terminés par une boucle en métal. Il suffit de les insérer dans la boutonnière puis d'aller chercher le bouton à l'aide de la boucle et de ramener celui-ci pour boutonner. Ce geste est réalisable avec une seule main.

2. Les fermetures Éclair

Pour faciliter la prise souvent fine et glissante, on peut :

- soit ajouter un anneau plus grand,
- soit ajouter une prise plus grande et texturée à clipper dans la fermeture,
- soit utiliser un manche doté d'un crochet (plus compliqué à utiliser).

3. Les chaussettes/bas de contention

Une fiche est consacrée à l'enfilage des bas et chaussettes (voir lien en bas de page).

Plusieurs types d'enfile-bas sont disponibles :

  • Avec 2 manches ou 2 cordes longues terminées par une palette plus ou moins rigide.
  • Des dispositifs sur lesquels s'insère la chaussette et que l'on maintient avec le pied libre.
  • Des dispositifs rigides destinés aux bas de contention.
  • Des longues pinces de préhension dotées d'un crochet peuvent suffire pour enlever les chaussettes.
  • À noter qu'il existe des enfile-bas de contention électriques plutôt destinés aux professionnels (prix élevé).

4. Les chaussures

Pour faciliter le système de fermeture des chaussures et supprimer les prises fines et les manipulations de lacet.

  • Les lacets élastiques avec ou sans nœuds de blocage.
  • Les chaussures à fermeture velcro.

Pour mettre ou retirer ses chausures facilement :

  • Chausse-pieds à long manche
  • Pinces à long manche
  • Dispositifs au sol pour enlever les chaussures

5. Les vêtements

Des douleurs ou un manque de mobilité d'un bras rendent l'habillage difficile. Pour aider à réaliser ces mouvements, des crochets d'habillage plus ou moins longs ou des pinces de préhensions à long manche simples ou dotés de crochets existent.

6. Le soutien gorge

Des aides techniques permettent d'agrafer un soutien-gorge en utilisant une main, l'usage demande de l'entraînement mais dépanne sérieusement certaines femmes.

Les vêtements conçus pour faciliter l'habillage

Des vêtements ont été spécialement conçus pour alléger les efforts lors de l'habillage ou du déshabillage.

1. Le manque de dextérité

Le manque de dextérité peut être compensé par des boutons à pression ou à velcro en remplacement des boutons et fermetures éclair. La face visible reste esthétique.

2. Le manque d'amplitude (raideurs articulaires, manque de force)

Des vêtements sont conçus pour que la personne atteinte de raideurs articulaires ou musculaires ou souffrant de douleurs à la mobilisation puisse être habillée en douceur.

Ces vêtements présentent d'astucieuses ouvertures dans le dos ou sur les côtés, rajouts de bandes élastiques aux emmanchures pour des manches extensibles, des brassières à attacher sur le devant… L'intérêt de ces vêtements est d'être faciles à enfiler tout en restant esthétiques et discrets.

3. Position au fauteuil

Lorsqu'on est assis, (surtout en cas de surpoids), les vêtements se "déforment". Le pantalon descend sur les fesses (idem pour les sous-vêtements), remonte sur les cuisses ou se tend au niveau des genoux.
Des pantalons ont été conçus en tenant compte de cette problématique : la taille est plus haute, le tissu au niveau des genoux est plus ample, les poches sont plus basses…

4. Soins à répétition

Les soins, les consultations chez le médecin ou le kiné sont synonymes de déshabillages et habillages à répétition. Passer une pommade, changer un pansement, se faire masser, la multiplication de ces manutentions s'avère fastidieuse et prends du temps.
Des vêtements et sous-vêtements avec des ouvertures par pression, à aimant ou avec des ouvertures déportées sont proposés.

5. Sondage (avec ou sans aide)

Des sous-vêtements spécifiques facilitent les auto-sondages.

6. Port d'attelles ou d'orthèses

Des vêtements ont été pensés dans le souci de laisser le passage à ces appareillages que ce soit avec des ouvertures discrètes ou des matières extensibles.

Pour trouver un ergothérapeute :

  • Site de l'ANFE
  • Site du SYNFEL

Voir liens en bas de page.

Réagissez à cet article !  

Handicap.fr vous suggère les liens suivants :

Sur Handicap.fr

Sur le web


Soumettre votre avis

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.

Haut

Recevez la newsletter Handicap.fr