Croizon : se déplacer à la demande en cas de handicap ?

Location, taxis, Uber, échange entre particuliers... Comment se déplacer lorsqu'on est à mobilité réduite ? Dans sa chronique du Magazine de la santé (France 5), Philippe Croizon passe en revue plusieurs options...

23 novembre 2017 • Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco

Thèmes :

Commentaires6 Réagissez à cet article
Illustration article

Se déplacer lorsqu'on est à mobilité réduite, en particulier en fauteuil roulant, au pied levé, c'est compliqué ?
Bravo pour cette question pertinente ! Alors on ne va pas y aller par quatre chemins, c'est une vraie galère. Le métro, n'y pensez même pas. Le train de banlieue, peut nettement mieux faire. Le tramway, pas encore assez généralisé... Bref, dans de nombreuses circonstances, les personnes handicapées doivent avoir recours à des transports à la demande. Il existe des réseaux dédiés mais les règles sont parfois assez contraignantes et manquent singulièrement de souplesse. Il y a, bien sûr, les taxis mais toutes les compagnies ne disposent pas de flottes adaptées ; certaines grandes villes en sont même totalement dépourvues. Et cela coûte très cher.

Il existe pourtant une compagnie qui a eu volonté forte dans ce domaine...
En effet, la première à avoir réfléchi à cette possibilité de transporter des personnes à mobilité réduite a été la compagnie de taxis G7 dès 2004. Son service G7 Access dispose aujourd'hui de 120 véhicules dans toute l'Ile de France. Elle propose même aux chauffeurs en activité 10 000 euros d'aides pour équiper leur véhicule, notamment d'une rampe d'accès. Mais comme cela ne suffisait pas à créer des vocations, à partir de 2010, une aide à l'achat de licence de 25 000 euros a été proposée à ceux qui voulaient s'investir dans ce domaine.

Néanmoins certaines start-ups, souvent lancées par des personnes elles-mêmes en situation de handicap, ont décidé de s'engouffrer dans cette brèche. C'est notamment le cas d'une très récente version d'Uber...
Elle s'appelle UberACCESS. Dédiée aux personnes à mobilité réduite ou nécessitant une assistance spécifique, elle est disponible directement depuis l'application Uber au même prix qu'une course uberX.

Dans toute la France ?
Non, dans un premier temps, elle couvre Paris et sa proche banlieue grâce à 25 véhicules adaptés fournis par JLI, entreprise spécialisée depuis plus de 20 ans dans le transport des personnes à mobilité réduite. Ils disposent de 4 places libres en plus de l'espace pour les équipements spéciaux. Mais la direction d'Uber affirme qu'en fonction des retours des chauffeurs et des premiers passagers, elle espère étendre l'expérience à toutes les villes françaises dans lesquelles la société est implantée.

Et pourquoi pas bientôt des taxis londoniens dans les rues de Paris ?
En effet, les fameux black cabs pourraient faire leur apparition sur le pavé parisien en 2018. Ce modèle emblématique, entièrement accessible, offre de gros volumes et une rampe d'accès qui permettent d'y faire entrer un passager avec son fauteuil roulant, même accompagné de sa famille. À Londres, ils disposent même d'une boucle magnétique pour les personnes déficientes auditives. Et, cerise sur le gâteau, la nouvelle version devrait être également électrique. Mais on en parle depuis 2010 et on ne les voit toujours pas venir...

Et puis, il y a une autre option, notamment pour les trajets plus lointains. C'est Wheeliz.
Oui, cette start-up a été créée en 2015 par Charlotte de Wilmorin, une jeune femme qui circule en fauteuil roulant électrique. Atteinte d'une maladie neuromusculaire depuis l'enfance, elle a décidé de quitter son travail dans la communication pour se lancer dans cette aventure.

Quel est son concept ?
Elle est basée sur des locations de véhicules adaptés entre particuliers. Le site propose donc aux propriétaires de louer leur voiture directement à une personne en fauteuil qui en a besoin. Elles doivent être équipées d'une rampe ou d'un poste de conduite adapté aux usagers en fauteuil. L'objectif étant de rassembler un maximum d'usagers afin de mutualiser l'ensemble de ce parc automobile particulier, pour le rendre accessible à tous et à moindre coût. On estime à 100 000 ce type de véhicules en France. La communauté Wheeliz rassemble, en 2017, 5 200 personnes solidaires.

Mais cela a forcément un coût ?
Si Wheeliz suggère un tarif de base à partir de 45 euros la journée, avec une flotte où 80% des voitures sont à moins de 70 euros, le prix reste libre. Une commission de 30% est perçue par l'entreprise pour couvrir ses frais, notamment une assurance tous risques conçue par la Maif. Wheeliz propose également des prestations de service, comme la possibilité d'être conduit par un chauffeur. C'est vraiment une idée innovante qui a déjà fait beaucoup parlé d'elle et remporté pas mal de prix et de trophées (article en lien ci-dessous).

En novembre 2017, c'est Citiz qui fait à son tour son apparition avec une offre spécial handicap.
Citiz, ce sont des véhicules en autopartage, c'est à dire stationnés dans les rues qui peuvent être empruntés en libre-service par tous (article en lien ci-dessous). Citiz est le premier à lancer une offre de véhicules adaptés, qui se présentent sous la forme de ludospaces. Ils peuvent accueillir un fauteuil roulant via une rampe à l'arrière. Les utilisateurs y accèdent 24 h/ 24, pour une heure, un jour ou plus. L'accès au véhicule est garanti grâce à la réservation préalable (entre une minute et trois mois à l'avance) et aux emplacements réservés. Pour le moment, on ne compte qu'une vingtaine de véhicules dans diverses grandes villes comme Lyon, Strasbourg, Bordeaux ou Toulouse. Mais ses concepteurs affirment vouloir généraliser ce nouveau service à toutes les villes françaises de plus de 300 000 habitants.

Est-il possible également de louer des véhicules aménagés via les grandes enseignes de location ?
Ce n'est pas la bousculade mais certains, comme Hertz ou Europcar, proposent des véhicules équipés de commandes manuelles sur le volant. Face à cette carence, Handynamic a décidé d'investir ce domaine et propose une plus large gamme pour une sortie familiale, partir en weekend ou en vacances.

Pour finir, vous souhaitez nous parler d'un dispositif singulier du nom d'Handivalise... On n'est plus tout à fait sur le même registre...
Plus que des véhicules adaptés, Handivalise propose un accompagnement personnalisé dans les transports pour toutes les personnes en situation de handicap, et plus particulièrement avec un handicap mental. L'idée de cette plateforme web, c'est de mettre en relation des personnes handicapées et accompagnateurs bénévoles. C'est véritablement une solution de « co-voyage » qui propose des trajets en train, en voiture et même en avion. En pratique, la personne en situation de handicap poste une demande d'accompagnement sur le site. Les administrateurs recherchent ensuite l'accompagnateur pouvant répondre à son besoin. Handivalise souhaite créer une relation amicale et non rémunérée, même s'il existe un système de dédommagement. Elle repose vraiment sur un principe de solidarité et d'échange durant tout le trajet.

Revoir la chronique de Philippe Croizon du 20 novembre 2017 dans le lien ci-dessous.

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Emmanuelle Dal'Secco, journaliste Handicap.fr"

Commentaires6 Réagissez à cet article

Thèmes :

6 commentaires






Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.