Ile-de-France accessible à tous : promesse tenue ?

C'est bien connu, Paris et sa région séduisent les touristes du monde entier. Ce qui l'est moins, c'est son degré d'accessibilité. Grâce à des outils adaptés, les visiteurs handicapés viennent en masse pour découvrir la Ville lumière.

24 décembre 2018 • Par

Thèmes :

Illustration article

Paris et sa région conservent leur statut de l'une des capitales les plus visitées au monde ! La Ville lumière attire toujours autant, et les personnes handicapées ne sont pas en reste. En 2017, plus de 2 millions de touristes ayant des besoins spécifiques et leurs accompagnateurs (proches, aidants, famille...) ont visité l'Île-de-France. Cinq profils se distinguent nettement et, parmi eux, trois concernent le handicap : les personnes à mobilité réduite (34,2 %), les visiteurs ayant des difficultés auditives (13 %) et visuelles (10,7 %). Les autres touristes à besoins spécifiques sont les familles avec des enfants en bas âge (25 %) et les personnes âgées (18,9 %). Sur ces deux millions, 1,2 sont Français. Pour le reste, ce sont des Européens (Royaume-Uni, Belgique…) et des Américains en tête de cortège. A lui seul, ce public a généré 870 millions d'euros de consommation touristique.

Mission réussie ?

Leur handicap ne semble pas impacter les visiteurs puisque « la majorité d'entre eux pratiquent les mêmes activités et parcours que l'ensemble des clients, notamment pour les sites incontournables de la destination », selon le Comité régional du tourisme. Le pari d'une ville accessible aurait-il été tenu ? Pour Hamida Rezeg, vice-présidente de la région Île-de-France, en charge du tourisme, la réponse est oui. « Ces arrivées en nombre confortent la stratégie de la région en matière d'handi-accueil : répondre aux besoins de tous et agir en faveur de l'accessibilité universelle. » Un sentiment que semblent partager ces publics puisque la durée de leur séjour est plus conséquente que celle des « valides » : 4 nuits contre 3,5. Ils restent plus longtemps et voyagent rarement seuls… Résultat : ils dépensent plus.

Un comité mobilisé

Et ce n'est pas sans déplaire au CRT, qui dit réaffirmer sa politique de développement dans ce domaine en soutenant les professionnels franciliens dans leurs projets de mise en place d'offres et de services adaptés : aide à l'obtention de la marque « Tourisme et handicap », module en ligne pour tester les connaissances des salariés en termes d'accueil et de prise en charge, formations… Elle a également noué un partenariat avec le site accessible.net qui recense les établissements accessibles à tous. Monuments emblématiques, musées, spectacles, activités en plein-air, concerts, shopping… 325 sites touristiques et loisirs sont répertoriés.

Des initiatives opportunes à l'horizon des Jeux olympiques et paralympiques 2024 qui auront lieu à Paris. « Cet évènement de renommée mondiale est une opportunité que nous saisissons pour démontrer notre détermination dans l'amélioration de la qualité et de l'accessibilité de notre destination », conclut Hamida Rezeg. De grosses lacunes sont néanmoins pointées du doigt par ceux qui y vivent au quotidien, notamment en matière de transports (articles en lien ci-dessous). Une situation qui écorne malheureusement la belle carte postale !

Partager sur :
"Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© Handicap.fr. Cet article a été rédigé par Cassandre Rogeret, journaliste Handicap.fr"

Commentaires0 Réagissez à cet article

Thèmes :

0 commentaire

Rappel :

  • Merci de bien vouloir éviter les messages diffamatoires, insultants, tendancieux...
  • Pour les questions personnelles générales, prenez contact avec nos assistants
  • Avant d'être affiché, votre message devra être validé via un mail que vous recevrez.